Ode à la pluie

Étendues arides

Brûlant sous le soleil torride

Végétation assoiffée

Feuilles tombantes

Terre se craquelant.

Au ciel, soudain,

Nuages sombres

Avancent tels des guerriers menaçants.

De grosses gouttes

Tombent en ricochant.

Puis, soudain,

Le déluge s’abat

Et noie toutes choses.

La terre enfin respire.

Mille fleurs surgisssent

Par miracle.

Un souffle de vie s’abat.

Ô pluie salvatrice!

Étés d’enfance

Sieste sous le gros chêne

Avec les cousines

Fous rires…

Pêche à pied dans les flaques

Laissées par la mer à marée basse.

Cri de triomphe

À la vue de la crevette dans l’épuisette .

Promenades à travers champs,

Cueillette de fleurs.

Virées à vélo au bourg voisin

Pour acheter des bonbons .

Soirs d’été

Après la canicule du jour.

Parents bavardant,

Enfants courant à la recherche

Du ver luisant.

Chauve-souris virevoltant

Dans la nuit étoilée.

Étés d’enfance,

Étés du bonheur.

Étés d’enfance

J’ai six ans

Je suis dans ma chambre

Maman a dit

Sieste obligatoire.

Dehors, le soleil brûle.

Dans le silence

Une mouche vole

Puis se pose sur ma joue,

Repart et va se poser ailleurs.

Dans mon demi-sommeil,

Ce bruit ténu m’invite

À mille rêves légers.

Souvent, au cœur de la canicule,

Me reviendra ce souvenir

Heureux

De mon enfance.