Archives

Bonheur

Jouissons du bonheur

Quand il nous prend la main.

Doux moments,

Heures exquises

Parmi les siens.

Rires d’enfants,

Exclamations des grands,

Nuit chaude,

Senteurs marines,

Ciel étoilé.

Le jour s’éteint,

Demain reviendra.

Ne laissons pas

S’échapper le bonheur…

Publicités

Saisons

img_1289Quelle tristesse l’hiver!

Entend-on dire.

Oh! Ces arbres dénudés,

Ces feuilles disparues,

Ces fleurs mortes,

Cette herbe gelée,

Ces oiseaux envolés !

Oui, mais quand revient

Le printemps, quelle  joie!

Ces jeunes pousses,

Ces primevères dans le gazon,

Ce vol dans le ciel,

Ce rayon de soleil!

Pour apprécier le bonheur,

Il faut savoir l’attendre!

Printemps

img_1063À perte de vue, un tapis

De pâquerettes et fleurs jaunes.

Sur l’arbre, éclatent les bourgeons.

Partout, des arbres en fleurs.

Dans le gazon, se pavanent les tulipes

Et la jonquille.

Sur la branche, siffle le merle.

Dans le buisson, l’oiselle

Couve ses œufs.

Partout, des couleurs,

Des bruits, de la douceur…

Le printemps est un enchantement

Pour les sens.

Jour de pluie

Reflets dans l'eauP1000359La pluie tombe sur la ville,

Des nuages d’encre obscurcissent les cieux.

Qu’avons-nous fait aux dieux?

La grêle fait plier la brindille.

 

Des nuages d’encre obscurcissent les cieux.

Sous l’orage, l’écorce se fendille,

La grêle fait plier la brindille ;

L’eau ruisselle en tous lieux.

 

Sous l’orage, l’écorce se fendille,

L’averse mouille les murs les plus vieux,

L’eau ruisselle en tous lieux;

Le reflet des maisons, dans l’eau, vacille.

 

L’averse mouille les murs les plus vieux,

Son bruit aux oreilles est mélodieux ;

Le reflet des maisons dans l’eau vacille.

La pluie tombe sur la ville.

Fable du bonheur

Celui-ci me dit:

Le bonheur , mais oui,

Je l’ai rencontré ;

Il est enfoui sous mon or

Bien au chaud dans mon coffre.

Malheur à qui y touchera!

Celui-là répondit:

Ah! Non! Vous n’y êtes pas!

Le bonheur, on le trouve

Loin de chez soi

Dans de lointaines contrées,

Des lieux inexplorés

Envahis d’une ensorcelante végétation.

Dans ma simplicité, je leur dis:

Mon bonheur à moi, il est tout petit,

Il me suit à chaque pas,

Dans la légèreté de l’oiseau,

La beauté diaphane du lys,

Le sommeil serein de la chatte,

Les yeux de l’enfant émerveillé ;

Je l’ai vu dans la douceur

D’une nuit d’été,

Dans l’arc-en-ciel du couchant,

Dans les vignes à perte de vue.

Je l’ai vu, ce bonheur aussi

Dans les yeux de l’être aimé…

Les cinq sens

IMG_0836L’as-tu vu?

Quoi donc?

L’oiseau nouveau-né.

L’as-tu sentie?

Quoi donc?

La rose fragile.

L’as-tu entendu?

Quoi donc?

Le coucou dans le bois.

L’as-tu goûtée ?

Quoi donc?

La cerise juteuse.

L’as-tu touché ?

Quoi donc?

Le doux velours de la feuille.