Archives de tags | poésie

Poésie mouillée

Flaque d’eau

Où les enfants aiment sauter

À pieds joints en éclaboussant

Bien loin…

Rires,rires…

Source jaillissante

Dans la montagne

Se faufilant

Entre les colchiques

Et les herbes folles.

Rivière large et majestueuse

Bordant la grande ville.

Péniches et bateaux de promenade

Se disputent le passage.

Océan infini où se perd le regard.

Miroir immobile et scintillant

Au soleil d’été

Aux vagues sauvages

Se ruant sur le rivage.

Neige

Au pied de la montagne,

Petit chalet frileux se blottit

Seul dans l’immensité…

Pas un bruit

Silence d’éternité…

Sur le rameau dénudé,

Chante l’oiseau esseulé.

Se fait entendre le gazouillis

De la source sous la neige.

De fines traces constellent

Le sol immaculé.

Beauté éternelle…

Journée d’hiver

Sur la branche nue,

Le passereau lance son faible cri.

Dans la campagne, s’étend la blancheur ;

De menues traces dans le moelleux tapis.

Alentour, règne le silence ;

Dans le sentier gelé,

La vieille femme avance,

Son fagot noir sur son dos voûté.

Elle chemine lentement

Accablée du poids des ans,

Vers son destin, vers sa fin…

Elle sait que le dernier rendez-vous

Approche, elle le sait.

Mais elle l’attend, sereine.

La vie, elle l’a vécue ;

Ses joies, ses peines,

Elle a tout eu.

Dans le sentier gelé,

La vieille femme avance.

Neige

Le ciel est couleur de plomb,

Une bise aiguë se faufile sous la porte.

La nature est au garde-à -vous,

La neige s’annonce.

J’attends derrière ma fenêtre ;

Un flocon timide hésite à descendre

Suivi d’autres plus téméraires.

Devenus plus nombreux, ils tournent et virevoltent.

Un épais tapis blanc recouvre le jardin.

Les arbres tendent leurs bras décharnés

Vers les joyeux lutins blancs

Et leur offrent le refuge de leurs branches.

Le moineau sautille sur ses pattes gelées

À la recherche d’une rare pitance.

Un vol d’oiseaux noirs s’ abat sur la neige

En salissant sa blancheur.

Noëls d’enfance

Bougies roses sur le sapin,

Attention au feu

Maman surveille!

Réveil la nuit

Pour surprendre le Père Noël.

Au matin, pieds nus ,

Direction la cheminée.

Excitation, émerveillement

Devant les emballages colorés.

Déchirer, arracher les ficelles…

Oh! La poupée Bella

Avec ses yeux clos!

Oh! Le chariot alsacien au tissu fleuri

Pour coucher le poupon !

Dans les souliers,

Les éternelles « crottes en chocolat  »

Introuvables de nos jours.

Rires émus des parents

Devant la joie des enfants.

Noëls d’enfance,

Noëls du bonheur !

Que vous êtes loin!

Je vous garderai toujours

Au fond de mon cœur…

Saisons

Quelle tristesse l’hiver !

Entend-on dire.

Oh! Ces arbres dénudés,

Ces feuilles disparues,

Ces fleurs mortes,

Cette herbe gelée,

Ces oiseaux envolés !

Oui, mais quand revient

Le printemps, quelle joie!

Ces jeunes pousses,

Ces primevères dans le gazon,

Ce vol dans le ciel,

Ce rayon de soleil !

Pour apprécier le bonheur,

Il faut savoir l’attendre.

Adaptation

L’ Homme est un animal

Qui s’est toujours adapté

Aux changements de l’Histoire.

À l’annonce du confinement

Horreur ! Comment supporter ?

Pourtant, au fil des jours,

On vit l’Homme se poser,

Ralentir, réfléchir…

Tel prit un livre et ne le lâcha plus,

Tel autre découvrit ses enfants,

Les écouta, leur parla…

Celui-ci aida son voisin en détresse,

Celui-là appela son aïeule isolée.

L’Homme redécouvrit la lenteur,

L’empathie, le retour sur soi.

L’Homme est un être d’adaptation.