Archives de tags | poésie

Pollution

Homme, qu’as-tu fait de la planète ?

On te donna une terre vierge

De toute pollution :

Mers aux eaux limpides,

Fiers torrents,

Grasses prairies verdoyantes,

Air léger à respirer.

Homme, qu’as-tu fait de ce don originel?

Pourquoi ces poissons morts?

Pourquoi ces nuages sombres ?

Pourquoi ces espèces disparues ?

Pourquoi ces forêts dévastées ?

Homme, qu’as-tu fait de la planète ?

Printemps

Ce matin, dans mon jardin,

Une pluie rose tombe

Sur le gazon.

Le prunus est en fleurs.

Le printemps est là.

Un air plus doux,

Un rayon de soleil,

Un vol de grues,

Le printemps est là.

Le merle siffle

Et prépare son nid,

On entend le coucou.

Le printemps est là.

Pâquerettes dans l’herbe,

Fragiles crocus,

Élégantes tulipes,

Le printemps est là.

Fragile bonheur

On vit sans s’apercevoir

Que le bonheur est fragile.

Vivons l’instant présent,

L’avenir est indocile.

On regrette ce que l’on n’a pas

Mais on ne profite pas

De ce que l’on a.

On vit à cent à l’heure,

On ne jouit pas des précieuses minutes.

On ne sait pas

Que l’ennemi guette;

Virus, maladie, guerre,

Changement climatique…

Apprenons à savourer le présent,

À faire durer la plus petite

Seconde de bonheur.

Le bonheur est fragile,

Ne le laissons pas

S’envoler…

Bonheur

Jouissons du bonheur

Quand il nous prend la main.

Doux moments,

Heures exquises

Parmi les siens.

Rires d’enfants,

Exclamations des grands.

Nuit chaude,

Senteurs marines,

Ciel étoilé.

Le jour s’éteint.

Demain reviendra.

Ne laissons pas

S’échapper le bonheur…

Bonheur

Vous arrive-t-il d’éprouver

Des moments de bonheur intense

Sans s’obliger

Et sans qu’on y pense?


La compagnie d’un être cher,

Le chant d’un oiseau,

Le bruit de la mer

Ou le murmure du ruisseau.


Tout peut nous y mener.

Cela nous surprend au détour

D’une simple pensée,


D’un moment tellement banal

Mais rempli d’amour

Que cela nous fait mal.

Ode à la beauté

Sommet enneigé

Vol de l’aigle

Petit chalet frileux

Biche craintive

Dans le sous-bois

Tout est beauté

À qui sait la voir.

Rose fraîchement éclose

Dans son écrin vert

Cétoine dorée sur l’iris

Papillon bleu

Voletant de fleur en fleur.

Huppe curieuse dans le jardin

Picorant en livrée colorée

Arc-en-ciel aux mille couleurs

Après la pluie salvatrice

Chant des grillons

Sous la nuit étoilée…

Beauté de l’univers.

Ode au printemps

Un tapis de pâquerettes

Jonche la pelouse.

Une tulipe timide

Se cache sous son feuillage.

Le mimosa crache ses flammes.

Le bal des jonquilles

Ondule dans le sous-bois.

Sur la branche du saule,

Le merle lance son chant

D’allégresse.

Ô Printemps,

Saison du renouveau,

De l’appel à la vie,

Tu nous apportes

Le bonheur de revivre.

Printemps

Dans l’air matinal, une douceur se dessine.

Les tardives gelées blanchissent l’herbe tendre.

Dans le pré verdi, la vache blonde rumine.

L’oiseau sur la branche lance son cri aigu.


Les tardives gelées blanchissent l’herbe tendre.

Les blanches pâquerettes éclosent dans le champ.

L’oiseau sur la branche lance son cri aigu.

La pâle et frêle jonquille s’éveille au soleil.


Les blanches pâquerettes éclosent dans le champ.

Le merle sombre siffle dans le jardin vert.

La pâle et frêle jonquille s’éveille au soleil.

Dans les nids douillets, piaillent les oiselets neufs.


Le merle sombre siffle dans le jardin vert.

Grues et oies cendrées reviennent du long voyage.

Dans les nids douillets, piaillent les oiselets neufs.

Dans l’air matinal, une douceur se dessine.

Poésie mouillée

Flaque d’eau

Où les enfants aiment sauter

À pieds joints en éclaboussant

Bien loin…

Rires,rires…


Source jaillissante

Dans la montagne

Se faufilant

Entre les colchiques

Et les herbes folles.


Rivière large et majestueuse

Bordant la grande ville.

Péniches et bateaux de promenade

Se disputant le passage.


Océan infini où se perd le regard.

Miroir immobile et scintillant

Au soleil d’été.

Vagues sauvages

Se ruant sur le rivage.