Archives

Automne en Gironde

À perte de vue, de l’or,

De l’amarante, un reste de vert.

Que de couleurs sur la campagne !

Quand vient l’automne,

La vigne étincelle

Cachant ses grappes

Entre ses feuilles veloutées.

Mes yeux s’émerveillent

De tant de beauté.

Mes promenades sont un enchantement.

Pourquoi irais-je loin

Chercher ce que j’ai à ma porte ?

Septembre

Septembre est arrivé !

Déjà !

Les jours plus courts

L’ont annoncé.

Au réveil, un air plus frais,

Une brume noie la plaine.

La grappe mûre

Attend d’être cueillie.

Dans la nuit,

Un champignon est né.

Après la chaleur, une douceur

Se dessine.

Je profite des derniers rayons

Sur ma terrasse ensoleillée.

Automne

Finies les longues journées

Sous le joug de la chaleur !

Plus court sera le jour.

En ouvrant ma fenêtre,

Un air piquant m’ assaille.

Un voile laiteux

S’étend sur la campagne.

Une odeur de champignon

Monte jusqu’à moi.

Un soleil pâle transperce la brume.

Il vaincra

Pour quelques jours encore !

Automne

L’automne est là dans la forêt dorée ;

Chaque feuille de dentelle colorée

Orné les chênes centenaires

Se reflétant dans le lac lunaire.

L’oiseau surpris lance son cri aigu,

Dans le pré, dort la ciguë.

Le héron sommeille dans l’eau rousse

Et la grenouille saute sur la mousse.

Fin d’été

Brouillard matinal

Envol de perdrix

Chasseurs dans la campagne .

Froidure au lever du jour

Nuit s’empressant de tomber

Rose mourante

Champignon sous le buisson.

Pommier chargé de fruits

Grappe juteuse sur le cep

Guêpe avide de jus sucré

Écureuil jouant à cache-cache

Dans le noisetier.

L’été s’en va

L’été se meurt…

Soir d’été

Grillon stridulant

Dans l’herbe sèche ;

Gazouillis des oiseaux

Qui s’endorment ;

Vol affolé

De la chauve – souris;

Dernier bourdon

Rentrant à la ruche;

Bruits du soir au loin:

Jappements d’un chien,

Appel du bouvier,

Pleur d’un enfant.

La nuit tombe

L’étoile du berger

Ouvre la voie

Aux millions de lumières

Scintillant

Dans la nuit.

Oiseaux

Dans mon petit jardin,

Mille vies se côtoient,

Beaucoup d’oiseaux surtout.

Le merle aux plumes d’ébène

Promène sa famille

En picorant allègrement ;

De temps en temps,

Surgit la huppe

Au plumage coloré ;

Ne pas bouger

De peur qu’elle ne s’envole !

Arrive en trombe

La pie voleuse en livrée noire et blanche.

Sur le chêne, un roucoulement

Se fait entendre;

Dame tourterelle surveille ses œufs.

Un bruit sec retentit

Sur le tronc:

C’est l’heure du repas du pic.

Certains jours, deux grosses palombes

Viennent se ravitailler.

On y aperçoit aussi

Quelques étourneaux

Surtout l’hiver venu.

Quel bonheur pour les yeux

Tout ce petit monde ailé !