Neige

Le ciel est couleur de plomb,

Une bise aiguë se faufile sous la porte.

La nature est au garde-à -vous,

La neige s’annonce.

J’attends derrière ma fenêtre ;

Un flocon timide hésite à descendre

Suivi d’autres plus téméraires.

Devenus plus nombreux, ils tournent et virevoltent.

Un épais tapis blanc recouvre le jardin.

Les arbres tendent leurs bras décharnés

Vers les joyeux lutins blancs

Et leur offrent le refuge de leurs branches.

Le moineau sautille sur ses pattes gelées

À la recherche d’une rare pitance.

Un vol d’oiseaux noirs s’ abat sur la neige

En salissant sa blancheur.

Noëls d’enfance

Bougies roses sur le sapin,

Attention au feu

Maman surveille!

Réveil la nuit

Pour surprendre le Père Noël.

Au matin, pieds nus ,

Direction la cheminée.

Excitation, émerveillement

Devant les emballages colorés.

Déchirer, arracher les ficelles…

Oh! La poupée Bella

Avec ses yeux clos!

Oh! Le chariot alsacien au tissu fleuri

Pour coucher le poupon !

Dans les souliers,

Les éternelles « crottes en chocolat  »

Introuvables de nos jours.

Rires émus des parents

Devant la joie des enfants.

Noëls d’enfance,

Noëls du bonheur !

Que vous êtes loin!

Je vous garderai toujours

Au fond de mon cœur…

Saisons

Quelle tristesse l’hiver !

Entend-on dire.

Oh! Ces arbres dénudés,

Ces feuilles disparues,

Ces fleurs mortes,

Cette herbe gelée,

Ces oiseaux envolés !

Oui, mais quand revient

Le printemps, quelle joie!

Ces jeunes pousses,

Ces primevères dans le gazon,

Ce vol dans le ciel,

Ce rayon de soleil !

Pour apprécier le bonheur,

Il faut savoir l’attendre.

Adaptation

L’ Homme est un animal

Qui s’est toujours adapté

Aux changements de l’Histoire.

À l’annonce du confinement

Horreur ! Comment supporter ?

Pourtant, au fil des jours,

On vit l’Homme se poser,

Ralentir, réfléchir…

Tel prit un livre et ne le lâcha plus,

Tel autre découvrit ses enfants,

Les écouta, leur parla…

Celui-ci aida son voisin en détresse,

Celui-là appela son aïeule isolée.

L’Homme redécouvrit la lenteur,

L’empathie, le retour sur soi.

L’Homme est un être d’adaptation.

On ne savait pas…

On ne savait pas

Que c’était le bonheur !

On allait libres,

Sans autorisation,

Libres de travailler,

De se promener,

De se rencontrer.

On ne savait pas

Que c’était le bonheur !

On se donnait la main,

On s’embrassait ;

Les enfants faisaient des rondes,

Se tenaient par le cou.

On ne savait pas

Que c’était le bonheur !

Un ennemi s’est infiltré,

Un virus infiniment petit,

Invisible, tueur.

La vie s’est arrêtée,

Le bonheur s’est enfui !

Sonnet à l’automne

Fraîcheur de l’air matinal

Vent dans le feuillage

Fine gelée sur la pelouse

L’automne est de retour.

Feuille jaunissante

Arbre qui se dépouille

Champignon dans l’herbe

L’automne est de retour.

Vol d’oiseaux dans le ciel

Grappe vermeille sur le cep

Guêpe savourant le grain.

Pluie et soleil jouant à cache-cache

Campagne en livrée éblouissante

L’automne est de retour.