Archives de tags | virus

C’était avant…

On s’embrassait,

On se serrait la main,

On marchait

L’un près de l’autre

Main dans la main.

C’était avant…

On se réunissait

Autour d’une table,

Sans aucune crainte.

On prodiguait maints câlins

Aux petits-enfants.

C’était avant…

On était heureux

On ne le savait pas.

C’était avant…

Mais l’Espérance est là.

Le bonheur reviendra nous dire

Qu’Avant est revenu!

Fable moderne

En ces temps fort perturbés

Où le Virus s’invita

On vit des êtres vivre

Comme au temps d’avant

Ne portant pas masque

Se réunissant pour des fêtes nocturnes

Se donnant accolades et embrassades.

Fin de la distanciation !

Hélas ! Nombreux furent victimes

De leur imprudence.

Pis encore, ils en firent présent

À leur entourage.

Sachons raison garder

Dans certaines circonstances.

L’inconscience peut nous tuer

Ainsi que ceux qu’on aime.

On ne savait pas…

On ne savait pas

Que c’était le bonheur !

On allait libres,

Sans autorisation,

Libres de travailler,

De se promener,

De se rencontrer.

On ne savait pas

Que c’était le bonheur !

On se donnait la main,

On s’embrassait ;

Les enfants faisaient des rondes,

Se tenaient par le cou.

On ne savait pas

Que c’était le bonheur !

Un ennemi s’est infiltré,

Un virus infiniment petit,

Invisible, tueur.

La vie s’est arrêtée,

Le bonheur s’est enfui !

Fragilité

On vit sans s’apercevoir

Que le bonheur est fragile.

Vivons l’instant présent,

L’avenir est indocile.

On regrette ce que l’on n’a pas

Mais on ne profite pas

De ce que l’on a…

On vit à cent à l’heure,

On ne jouit pas des précieuses minutes.

On ne sait pas

Que l’ennemi guette;

Virus, maladie,guerre,

Pandémie, changement climatique…

Apprenons à savourer le présent,

À faire durer la plus petite

Seconde de bonheur.

Le bonheur est fragile.

Ne le laissons pas

S’envoler…

On ne savait pas…

On ne savait pas

Que c’était le bonheur !

On allait libres,

Sans autorisation.

Libres de travailler,

De se promener,

De se rencontrer.

On ne savait pas

Que c’était le bonheur !

On se donnait la main,

On s’embrassait,

Les enfants faisaient des rondes,

Se tenaient par le cou.

On ne savait pas

Que c’était le bonheur !

Un ennemi s’est infiltré,

Un virus infiniment petit,

Invisible, tueur.

La vie s’est arrêtée,

Le bonheur s’est enfui!

L’ennemi silencieux

Rues désertées

Bars vides

Restaurants silencieux

Écoles sans enfants.

Un silence nocturne s’installe

En plein jour.

Plus de rires aux jeux

De jeunes à vélo

Seuls quelques passants

Promènent leur chien.

L’ennemi est là,

Silencieux, invisible,

Il plane sur nos têtes,

Covid, il se nomme…