Archives de tags | épidémie

Retour de la liberté

Ouf! C’est arrivé !

La liberté est de retour !

Plus d’autorisation

Pour faire sa marche quotidienne.

Kilométrage illimité

Pour partir à l’aventure.

Famille retrouvée,

Grands-parents et petits-enfants

Heureux des retrouvailles.

La liberté est de retour !

Cette liberté que l’on

Prenait pour un acquis.

Fragile liberté !

Soyons encore prudents,

L’ennemi est encore là,

Il nous guette

Derrière la poignée de main,

Derrière l’embrassade.

Ne narguons pas l’intrus.

La liberté est de retour !

Confinement

L’homme moderne

Vit, en ces jours,

Une expérience inédite

Appelée confinement.

L’homme , cet animal social,

Se voit obligé

De vivre seul, en retrait,

Loin des siens, loin de ses amis.

Promenades contrôlées

Sous un ciel printanier.

On se salue de loin,

On change de trottoir,

L’autre peut être l’ennemi !

Comment résister à l’ennui ,

A l’angoisse ?

Trouvons en nous des ressources cachées.

Apprivoisons la solitude

Par des lectures, des pensées ;

Exprimons nos sentiments par l’écriture ;

Réfléchissons au retour du bonheur ;

Changeons peut-être de cap.

Le trop-plein d’activités

Nous a fait souvent oublier

Les vraies valeurs de l’existence.

Confinement, aide-nous à entrevoir

Un monde meilleur…

Fragilité

On vit sans s’apercevoir

Que le bonheur est fragile.

Vivons l’instant présent,

L’avenir est indocile.

On regrette ce que l’on n’a pas

Mais on ne profite pas

De ce que l’on a…

On vit à cent à l’heure,

On ne jouit pas des précieuses minutes.

On ne sait pas

Que l’ennemi guette;

Virus, maladie,guerre,

Pandémie, changement climatique…

Apprenons à savourer le présent,

À faire durer la plus petite

Seconde de bonheur.

Le bonheur est fragile.

Ne le laissons pas

S’envoler…

On ne savait pas…

On ne savait pas

Que c’était le bonheur !

On allait libres,

Sans autorisation.

Libres de travailler,

De se promener,

De se rencontrer.

On ne savait pas

Que c’était le bonheur !

On se donnait la main,

On s’embrassait,

Les enfants faisaient des rondes,

Se tenaient par le cou.

On ne savait pas

Que c’était le bonheur !

Un ennemi s’est infiltré,

Un virus infiniment petit,

Invisible, tueur.

La vie s’est arrêtée,

Le bonheur s’est enfui!