Archives de tags | grand-mère

Souvenirs d’enfance

LE RIZ AU LAIT

Il est une odeur qui me ramène aux beaux jours de mon enfance, c’est celle du bon plat de riz au lait passé au four que nous préparait ma grand-mère. Sa bonne odeur chaude et sucrée envahissait la cuisine; et quand ma mère sortait le plat du four, sa croûte dorée était un plaisir pour mes yeux d’enfant.Le bonheur était à son comble quand ma cuillère impatiente déchirait cette enveloppe brune et trouvait sous celle-ci le riz blanc et moelleux à souhait.
Chère grand-mère, tu n’es plus là; je ne sais pas faire ton plat merveilleux. Laisserai-je à mes petits-enfants une quelconque « madeleine de Proust »?

MA GRAND-MERE

Qu’elle était mignonne, ma grand-mère dans sa robe lilas avec, au cou, son collier de perles assorti au blanc neigeux de ses cheveux! Appuyée sur sa canne (sa Jeanne-Marie), elle nous regardait en souriant tendrement.

PETITS MAUX D’ENFANCE

Quand nous étions enrhumées, ma soeur et moi, nous avions droit aux « rigolos », cataplasmes à la farine de moutarde et pas du tout rigolos à supporter sur la poitrine; nous devions endurer leur brûlure cuisante pendant un temps beaucoup trop long à notre avis.
Je devais aussi boire tous les jours une cuillerée d’huile de foie de morue moi qui n’étais presque jamais malade et qui dépassais en taille toutes mes camarades.Remèdes de grand-mère mais qui s’avéraient souvent efficaces; mais peut-être étions-nous moins fragiles que les enfants d’aujourd’hui…

Publicités

ELLA

Voici une poésie que j’ai écrite pour ma petite-fille:

 

Elle accourt vers moi

Ses petits bras tendus

Un baiser mouillé sur la joue

Un rire dans ses yeux sombres.

Je la pose, elle me prend la main:

Viens, mamie!

On va voir l’étagère aux surprises

Un nouveau livre, un dessin animé.

Mamie, on fait des auto-collants

On lit une histoire,

Avec la boîte du puzzle

On fait une maison.

Mamie, il fait beau

On va dehors, je mets mes baskets

Mamie, viens, on court, tu m’attrapes!

Elle s’arrête soudain:

Elle a vu une fleur

Elle a vu un papillon

Elle a vu le bout de bois.

Mamie, repose-toi

Car, le tourbillon va renaître

Soudainement, jusqu’à ce que,

Envahie par la fatigue

Elle vienne sur mes genoux

Doudou à la main, sucette à la bouche,

Se pelotonner doucement

Et fermer un peu ses paupières.