Archives de tags | gourmandise

Souvenirs d’enfance

Je pense que l’un de mes plus grands défauts fut la gourmandise. Mais est-ce un défaut quand elle reste raisonnable? Le dimanche, maman avait l’habitude d’acheter des gâteaux individuels quand elle ne faisait pas de gros gâteau.(Elle n’aimait pas beaucoup faire la pâtisserie). Elle achetait donc quatre gâteaux selon nos goûts personnels. J’aimais beaucoup les noix japonaises, sortes de gros choux fourrés de crème et nappés de chocolat. Ma sœur Josiane, contrairement à moi, n’aimait pas beaucoup les pâtisseries;elle préférait de loin un morceau de fromage. J’étais sûre donc d’hériter de sa part de dessert.
Au fil des ans, je n’ai pas changé dans ce domaine. Quand il reste une part dans le plat, certains regards se tournent vers moi…

Souvenirs d’enfance

LE RIZ AU LAIT

Il est une odeur qui me ramène aux beaux jours de mon enfance, c’est celle du bon plat de riz au lait passé au four que nous préparait ma grand-mère. Sa bonne odeur chaude et sucrée envahissait la cuisine; et quand ma mère sortait le plat du four, sa croûte dorée était un plaisir pour mes yeux d’enfant.Le bonheur était à son comble quand ma cuillère impatiente déchirait cette enveloppe brune et trouvait sous celle-ci le riz blanc et moelleux à souhait.
Chère grand-mère, tu n’es plus là; je ne sais pas faire ton plat merveilleux. Laisserai-je à mes petits-enfants une quelconque « madeleine de Proust »?

MA GRAND-MERE

Qu’elle était mignonne, ma grand-mère dans sa robe lilas avec, au cou, son collier de perles assorti au blanc neigeux de ses cheveux! Appuyée sur sa canne (sa Jeanne-Marie), elle nous regardait en souriant tendrement.

PETITS MAUX D’ENFANCE

Quand nous étions enrhumées, ma soeur et moi, nous avions droit aux « rigolos », cataplasmes à la farine de moutarde et pas du tout rigolos à supporter sur la poitrine; nous devions endurer leur brûlure cuisante pendant un temps beaucoup trop long à notre avis.
Je devais aussi boire tous les jours une cuillerée d’huile de foie de morue moi qui n’étais presque jamais malade et qui dépassais en taille toutes mes camarades.Remèdes de grand-mère mais qui s’avéraient souvent efficaces; mais peut-être étions-nous moins fragiles que les enfants d’aujourd’hui…