Hiver

Voilà le vent fou de l’hiver qui me transperce.
Les arbres dépouillés se penchent sous son souffle.
Mais, lentement, lentement, la bourrasque s’essouffle
Et la brise légère doucement me berce.

Sur l’étang gelé, la vieille barque se renverse;
Sous le vieux pont de pierre, la bise s’engouffre
Comme dans un insondable et vertigineux gouffre;
Soudain, un déluge de gouttes se déverse.

20140220-112904.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s