Archive | août 2012

vieille grange à Tresses

vieille grange à Tresses

La vieille grange dort au bord du chemin;en a-t-elle vu des générations de tressois passer dans le chemin! Elle hébergeait, naguère, deux chevaux et des familles de chats.Restera-t-elle debout encore longtemps, cernée par de nouvelles habitations? Verra-t-elle encore des enfants chercher dans son ombre le petit chat nouveau-né?

Poésies pour les enfants

Trottemenue la souris

Cherche un mari.

Où le trouvera-t-elle?

Dans la poubelle

Ou sous l’échelle?

Epousera-t-elle le gros rat

Qui vit dans le débarras

Ou le gentil souriceau

Habitant les roseaux?

Trottemenue la souris

Cherche un mari.

 

Dame girafe a le torticolis.

Elle voudrait garder le lit

Mais elle doit manger

Et échapper aux dangers.

Car le lion la guette,

Caché dans l’herbette.

Mais dame girafe court vite

Et, au signal, se précipite.

SYNONYMES

Cela fut certain, assuré même.

Cela ne faisait pas l’ombre d’un doute,

C’était même évident,

Manifeste, très clair au demeurant,

Ce fut net, palpable,

Tangible, visible, en un mot flagrant.

Cela fut même incontestable,

Indéniable, indiscutable, indubitable,

Irréfutable, dirait-on,

Et pourquoi pas irrécusable!

Cela fut certain, assuré même

Qu’ils tombèrent amoureux!

SYNONYMES

As-tu déjà connu le bonheur,

Celui dont on parle dans les livres?

Non pas la simple joie

Ni l’euphorie d’un instant

Où soudain la vie te sourit.

Non plus le plaisir

Que te procure la gourmandise

Ou l’histoire filmée.

Ce n’est pas encore la félicité

Ni même la béatitude de nos saints.

Non, le bonheur simple,

Celui des petites choses de tous les jours:

Le sourire d’un enfant,

Le vol d’un oiseau,

La fleur perlée de rosée,

La douceur du chocolat,

Le regard bienveillant d’un ami…

Souvenir d’enfance

Il est une odeur qui me ramène aux beaux jours de mon enfance, c’est celle du bon plat de riz au lait passé au four que nous préparait ma grand-mère. Sa bonne odeur chaude et sucrée envahissait la cuisine; et quand ma mère sortait le plat du four, sa croûte dorée était un plaisir pour mes yeux d’enfant. Le bonheur était à son comble quand ma cuillère impatiente déchirait cette enveloppe brune et trouvait sous celle-ci le riz blanc et moelleux à souhait. Chère grand-mère, tu n’es plus là; je ne sais pas faire ton plat merveilleux. Laisserai-je à mes petits-enfants une quelconque « madeleine de Proust »?

Au jardin

Au jardin

Remuant au vent léger,
Ouvrant ses pétales de soie,
Se pavanant telle une infante,
Elle embaume le jardin des délices.

Lançant sa tige fière,
Il oscille doucement
Sous la brise du soir.

Dans le parterre coloré
Aux parfums subtils
Hisse ses pétales de feu
L’élégante reine du jardin,
Ivre de souffle estival
A l’abri du buisson d’aubépine.

Tenue de gala chatoyante,
Une fleur solitaire
Lovée dans un creux d’ombre
Invite à la méditation
Près de la fontaine de cristal
Et de l’églantier frileux.

Au début de chaque strophe, on retrouve la lettre d’ une fleur: ROSE, LIS, DAHLIA, TULIPE. Poètes amateurs, amusez-vous à faire pareil er envoyez-moi vos commentaires.